- Esthétique -

Les multiples facettes de ce mot le rendent difficile d'accès. Utilisé depuis l'antiquité (aisthêtikos), ce mot a détenu quantité d'interprétations plus ou moins subjectives.

Le principe d'origine de l'esthétique est de faire du beau en appliquant des règles de composition strictes et définies.
Mais aujourd'hui, les règles s'étant au fil de temps modifiées puis largement multipliées, il peut être acceptable de composer de manière esthétique avec ses propres règles. J'aime donc aborder ce principe en combinant les trois éléments suivant :
L'HOMME qui CRÉÉ avec la VOLONTÉ DE FAIRE DU BEAU.

Je pourrai dés lors différencier dans l'esthétique, tout résultat donné par le hasard, la nature ou l'habitude.

 

-BEAU-

Il y a une interprétation qui combine les valeurs de l'homme dans le jugement de la beauté.
C'est Socrate qui disait à travers Diotima, : « Le beau, le juste et le vrai convergent nécessairement à l'infini. Le vrai et juste est nécessairement beau et réciproquement. »

Si l'on ne peut pas dissocier les trois, lorsque l'on se bat pour la beauté, on se bat aussi pour la justesse et la vérité.
Il me plait donc de considérer comme prémices de la beauté, entre autre, LE DÉSIR DE FAIRE BIEN.

 

-NATURE BÉATE-

La beauté, tout à fait subjective, est néanmoins largement issue d'une éducation sur la perception, sur le "bon sens" de ce qui nous entoure, la logique du monde. Ceci nous mène toujours vers une beauté relativement commune, faite de proportions saisissables bien que difficilement définissables. Tous les architectes savent concevoir dans les cadres de cette beauté.

A partir de ce principe, je constate que la beauté devient aisément accessible et que en tant que créateur celle-ci ne peut plus que difficilement entièrement me satisfaire.

Lorsque j'observe la nature, je peux constater des milliers de compositions naturelles qui n'entrent pas dans le cadre de nos considérations esthétiques standards.

Mon respect pour "l'autre", qui inclut toutes les variétés de vies et de mondes, m'emmène à limiter l'usage de cette représentation esthétique parfaite de l'Homme et à donner plus de place à une part de beauté naturelle, c'est à dire une beauté qui vient de mon moi beaucoup plus profond.

Ainsi, mes compositions se démarquent par une part d'esthétique insaisissable que je compare volontiers à la beauté de la nature et que j'aime qualifier de "nature béate".